Présentation 

Le manioc est une racine digeste et énergétique couramment utilisé dans la cuisine Congolaise(RDC).  En Afrique c’est même devenu la principale source alimentaire. Nous vous proposons ici une recette facile de frites au manioc au côté de liboke ya mbika (graines de courge préparées en papillote).

Cet aliment très nutritif et polyvalent peut être utilisé pour plusieurs recettes. Le manioc est idéal pour accompagner les différentes viandes et soupes. Les frites de manioc est une des recettes de manioc les plus savoureuses, hélas, moins connue.

Composition;

  • 4 tubercules de manioc
  • 4 poignées de graines de courge
  • 2 oignons
  • Une tête d’ail
  • Quelques tiges de ndembi (ciboulette) et cèleri
  • 2 carottes bien mûres
  • 2 poissons fumés
  • Du sel, du piment rouge et de l’arôme
  • De l’huile végétale
  • Les feuilles fraîches de bananier ou du papier aluminium utilisé en cuisine

Préparation et cuisson

I. LIBOKE YA MBIKA (GRAINES DE COURGE EN PAPILLOTE)

  • Avoir le mbika(graines de courge) déjà moulu.

 

  • Le piler avec 5 gousses d’ail, le ndembi, céleri, oignon, piment, quelques pointes d’arôme et sel jusqu’à ce qu’il dégage son huile alimentaire.

 

  • Laver les poissons (fumés), saler et laisser tremper dans de l’eau environ 10 minutes.

 

  • Au bout de 10 minutes, dépiécer les poissons.

 

  • Puis amalgamer le tout.

 

  • Dans une marmite, chauffer l’eau jusqu’à ébullition.
  • Déposer le mélange sans remuer, laisser bouillir environ 2 bonnes heures.

 

  • Dans l’entre temps, bien laver les feuilles de bananier.

 

  • Et au bout de 2 heures, verser la préparation (sans jus de cuisson) dans les feuilles de bananier bien lavées, superposées les unes sur les autres et bien ficeler.

 

  • Dans une marmite d’eau chaude, déposer ces paquets de mbika en feuilles fraiches (papillote) et laisser bouillir pendant 45 minutes pour que le mélange se marie bien avec les feuilles aussi pour avoir une pâte ferme.

 

  • Retirer le liboke de la casserole puis le poser soit sur un gril au makala (braises) à l’air libre soit dans un four préchauffé (à feu doux) environ 30 minutes, question de sécher le peu d’eau qui trainerait dedans.

II. MANIOC FRITES

  • Eplucher, laver le manioc et découper en gros morceaux.

 

  • Faites macérer ces morceaux dans une bassine d’eau 30 minutes. Faites attention de jeter le dépôt qu’il y aura dans le fond de la bassine. Pour information ; les tubercules et les feuilles de manioc contiennent du cyanure pouvant s’avérer toxique. Par conséquent, il importe d’éliminer cet élément ou d’en réduire substantiellement la quantité présente dans les tubercules et les feuilles afin de les rendre propres à la consommation humaine.

 

  • Mettre les morceaux de manioc dans une casserole, les recouvrir d’eau, d’oignon et d’ail râpés puis parsemer un peu de sel et un bouillon en cube tomate pour une touche vive ensuite porter la marmite au feu environ 10 minutes.

 

  • Egoutter ces morceaux et bien les sécher.

 

  • Découper ces morceaux de manioc en lamelles ou en forme de frites.

 

  • Plonger par petits tas les frites de manioc dans l’huile bien chaude. Faites que les frites soient bien dorées.

 

  • Puis déposez-les sur du papier absorbant
  • Servir avec le liboke ya mbika coupé en tranches accompagné de la mayonnaise, du ketchup ou tomate fraîche, du concombre et du piment.

BON APPETIT !

Valeur Nutritive

Le mbika, cette graine très nourrissante, riche en protéines, contient de nombreux sels minéraux, des vitamines (A, B1, B2) et des acides gras insaturés. On en tire aussi une huile alimentaire appelée l’huile de graines de courge intéressante pour le soin de la peau et ongles .

Le mbika aide à soigner les infections urinaires, expulse et lutte efficacement contre les parasites intestinaux comme le Taenia (ténia), traite également les irritations de la vessie et de la prostate.

Naturellement dépourvu de gluten, le manioc lui, est une excellente source de :

  • – Potassium
  • – Vitamine C
  • – Fer
  • – Magnésium
  • – Thiamine
  • – Vitamine B6

Nécessaire pour le bon fonctionnement de l’organisme humain.